Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UKRAINE Fin des pourparlers

Publié le par José Pedro

Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.
Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.

Depuis Albert Pike les USA ne cesse de vouloir contrôler le Monde à leur façon et dans leurs intérêts.

Sionisme VS Islam : Albert Pike la troisième guerre mondiale et le plan luciférien de gouvernement mondial

 

Cette lettre du 15.08.1871 fut révélée par le Commodore William (1895-1959)

dans son livre « Pawns in the Game » (« Des Pions sur l’Échiquier », Éd.

Canadienne éditée en 1954 par la « National Federation of Christian Laymen »). Cet officier de marine canadien faisait partie de l’équipe formée par l’amiral britannique Sir Barry Domville, ancien chef de la « Naval Intelligence », retraité en 1936 et plus tard incarcéré par W. Churchill comme anti belliciste. […]

 

pike2

 

« … mais des deux défaites subies par la France, la militaire et sociale, profiteront à la fois les financiers cosmopolites et les disciples de Karl Marx, tandis que les promoteurs du « World Revolutionary » mouvement, Giuseppe Mazzini et son homologue nord-américain, le général Albert Pike [1809-1891], dans leur lettre du 15.08.1871, traitent du schéma « Crise, Guerre, Révolution » des 3 guerres mondiales suivies des 3 grandes révolutions qui doivent marquer le XXe siècle. A. Pike, 33e degré, grand commandeur du Rite écossais du Sud, fonda sa propre obédience luciférienne : le « New Reformed Palladian Rite » destiné à appuyer le Mouvement Révolutionnaire Mondial (cf. Jean Lombard, « La face cachée de l’Histoire moderne », pp. 552-554, 1984, et les pages 555-556 du tome 2 de l’éd. espagnole). »

La Première Guerre Mondiale devait permettre aux Illuminati de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de transformer ce pays par la mainmise du Communisme athée. Les divergences « naturelles », attisées par les Agents des Illuminati entre les Empires Britannique et Allemand devaient servir à fomenter cette guerre. Le conflit terminé, le Communisme devait se constituer et être utilisé pour détruire les autres gouvernements et affaiblir les religions.

La Deuxième Guerre Mondiale devait être fomentée en jouant sur les divergences entre Fascistes et Sionistes Politiques. Cette guerre devait permettre la destruction du Nazisme et accroître la puissance du Sionisme Politique de façon à ce que l’Etat souverain d’Israël put s’établir en Palestine. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la puissance du Communisme International devait arriver au niveau de celle de la Chrétienté tout entière. Arrivé à ce point, il devait être contenu et mis en réserve jusqu’à son utilisation pour le dernier cataclysme social.

Quelle personne informée pourrait nier que Roosevelt et Churchill ont réalisé cette politique ?

La Troisième Guerre mondiale doit être fomentée en utilisant les divergences que les agents des Illuminati attiseront entre les Sionistes Politiques et les dirigeants du monde musulman. La guerre doit être menée de telle manière que l’Islam (le monde Arabe y compris la religion de Mahomet) et le Sionisme Politique (y compris l’Etat d’Israël) se détruisent mutuellement. Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront forcées de se combattre jusqu’à un état d’épuisement complet, physique, moral, spirituel et économique.

Quelle personne impartiale et raisonnable pourrait nier que les intrigues en cours au Proche, au Moyen Orient et à l’Extrême Orient ne préparent pas la réalisation de ce dessein infernal ?

Le 15 août 1871, Pike disait à Mazzini qu’après la Troisième Guerre Mondiale, ceux qui aspirent à dominer le monde sans conteste provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes empruntés à la lettre cataloguée au British Museum Library à Londres :

« Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoqueront un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Puis tous les citoyens, obligés de se défendre eux-mêmes contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner son adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »

La déclaration Schuman du 9 mai 1950, 

Texte intégral

La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent.

La contribution qu'une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. En se faisant depuis plus de vingt ans le champion d'une Europe unie, la France a toujours eu pour objet essentiel de servir la paix. L'Europe n'a pas été faite, nous avons eu la guerre.

L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l'opposition séculaire de la France et de l'Allemagne soit éliminée. L'action entreprise doit toucher au premier chef la France et l'Allemagne.

Dans ce but, le gouvernement français propose immédiatement l'action sur un point limité mais décisif.

Le gouvernement français propose de placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d'acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe.

La mise en commun des productions de charbon et d'acier assurera immédiatement l'établissement de bases communes de développement économique, première étape de la Fédération européenne, et changera le destin de ces régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes.

La solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre entre la France et l'Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible. L'établissement de cette unité puissante de production ouverte à tous les pays qui voudront y participer, aboutissant à fournir à tous les pays qu'elle rassemblera les éléments fondamentaux de la production industrielle aux mêmes conditions, jettera les fondements réels de leur unification économique.

Cette production sera offerte à l'ensemble du monde sans distinction ni exclusion, pour contribuer au relèvement du niveau de vie et au développement des oeuvres de paix. L'Europe pourra, avec des moyens accrus, poursuivre la réalisation de l'une de ses tâches essentielles: le développement du continent africain.

Ainsi sera réalisée simplement et rapidement la fusion d'intérêts indispensable à l'établissement d'une communauté économique qui introduit le ferment d'une communauté plus large et plus profonde entre des pays longtemps opposés par des divisions sanglantes.

Par la mise en commun de productions de base et l'institution d'une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l'Allemagne et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d'une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix.

Pour poursuivre la réalisation des objectifs ainsi définis, le gouvernement français est prêt à ouvrir des négociations sur les bases suivantes.

La mission impartie à la Haute Autorité commune sera d'assurer dans les délais les plus rapides : la modernisation de la production et l'amélioration de sa qualité, la fourniture à des conditions identiques du charbon et de l'acier sur le marché français et sur le marché allemand, ainsi que sur ceux des pays adhérents, le développement de l'exportation commune vers les autres pays, l'égalisation dans le progrès des conditions de vie de la main-d'oeuvre de ces industries.

Pour atteindre ces objectifs à partir des conditions très disparates dans lesquelles sont placées actuellement les productions des pays adhérents, à titre transitoire, certaines dispositions devront être mises en oeuvre, comportant l'application d'un plan de production et d'investissements, l'institution de mécanismes de péréquation des prix, la création d'un fonds de reconversion facilitant la rationalisation de la production. La circulation du charbon et de l'acier entre les pays adhérents sera immédiatement affranchie de tout droit de douane et ne pourra être affectée par des tarifs de transport différentiels. Progressivement se dégageront les conditions assurant spontanément la répartition la plus rationnelle de la production au niveau de productivité le plus élevé.

A l'opposé d'un cartel international tendant à la répartition et à l'exploitation des marchés nationaux par des pratiques restrictives et le maintien de profits élevés, l'organisation projetée assurera la fusion des marchés et l'expansion de la production.

Les principes et les engagements essentiels ci-dessus définis feront l'objet d'un traité signé entre les Etats et soumis à la ratification des parlements. Les négociations indispensables pour préciser les mesures d'application seront poursuivies avec l'assistance d'un arbitre désigné d'un commun accord; celui-ci aura charge de veiller à ce que les accords soient conformes aux principes et, en cas d'opposition irréductible, fixera la solution qui sera adoptée.

La Haute Autorité commune chargée du fonctionnement de tout le régime sera composée de personnalités indépendantes désignées sur une base paritaire par les gouvernements; un président sera choisi d'un commun accord par les gouvernements; ses décisions seront exécutoires en France, en Allemagne et dans les autres pays adhérents. Des dispositions appropriées assureront les voies de recours nécessaires contre les décisions de la Haute Autorité.

Un représentant des Nations Unies auprès de cette autorité sera chargé de faire deux fois par an un rapport public à l'ONU, rendant compte du fonctionnement de l'organisme nouveau, notamment en ce qui concerne la sauvegarde de ses fins pacifiques.

L'institution de la Haute Autorité ne préjuge en rien du régime de propriété des entreprises. Dans l'exercice de sa mission, la Haute Autorité commune tiendra compte des pouvoirs conférés à l'Autorité internationale de la Ruhr et des obligations de toute nature imposées à l'Allemagne, tant que celles-ci subsisteront.

 

L’Eglise Catholique et la Création de l’UE

Je vais vous démontrer en cinq minutes que l’Église Catholique Romaine est derrière la création de l’Union Européenne. Et donc que l’UE est sous le contrôle de Rome, et cela depuis sa création jusqu’à nos jours.

La CIA est l’allié principal de l’Eglise Catholique. Dans un document fournit par Jordan Maxwell sur son site, et dont les informations sont factuelles et vérifiables en faisant un peu de recherche,

Bien que la CIA a démarré en tant qu’organisation à majorité Protestante, les Catholiques Romains vinrent à dominer la nouvelle aile d’action clandestine en 1948. Tous étaient fermement conservateurs, farouchement anticommunistes et faisaient partis de l’élite sociale. Juste quelques-uns des nombreux agents catholiques comprenaient des futurs directeurs de la CIA, William Colby, William Casey, et John McCone. (…)

L’Eglise Catholique Romaine, bien sur, est l’une des organisations la plus anticommuniste du monde. La doctrine Marxiste de l’athéisme menace la théologie Catholique, et son égalité menace la tradition stricte de l’Église de hiérarchie et d’autoritarisme. Quand Hitler a envahit la Russie Communiste, le Vatican approuva ouvertement. Le Jésuite Michael Serafian écrit: « Il ne peut être renié que le conseiller le plus proche [du Pape] Pie XII percevait à certains moments les divisions armées d’Hitler comme la main droite de Dieu. »

Mais Hitler persécuta les Catholiques aussi, ce qui amena ultimement l’Église aux Américains. En 1943, le Vatican a conclu un accord secret avec l’OSS en chef Donovan – lui même un Catholique dévoué – de laisser le Saint-Siège devenir le centre d’opérations d’espionnage des Alliés en Italie. Donovan considérait l’Eglise comme étant l’un de ses moyens de renseignement de luxe, compte tenu de sa puissance mondiale, ses membres et contacts. Il cultiva cette alliance en envoyant les catholiques Américains les plus prestigieux au Vatican pour établir des rapports et former une alliance.

Après la guerre, la moitié de l’Europe est sous contrôle Communiste, et le parti Communiste Italien menaça de gagner les élections de 1948. La perspective d’une gouvernance communiste au cœur du catholicisme terrifia le Vatican. Une fois encore, les renseignements américains rassemblèrent leurs catholiques les plus prestigieux pour renforcer les liens avec le Vatican.

Parce que c’était la première mission de la nouvelle division d’action clandestine, les agents catholiques américains ont acquis des positions de pouvoir très tôt, et allaient dominer les opérations secrètes pour le reste de la guerre froide.

Vous avez juste à cliquer le lien ci-dessus pour lire l’intégralité de cet article. Donc la CIA a tissé des liens avec le Vatican, en pleine seconde guerre mondiale. Le Vatican qui était pour Hitler et anti-communiste pour certaines raisons s’est tourné en 1943 vers la puissante émergente qu’était les USA. Aubaine à la fois pour le Vatican et pour les USA, plus particulièrement la CIA. La CIA a été fondé par des chevaliers de Malte (parmis leurs plusieurs titres ils étaient aussi chevaliers de Malte), l’ordre militaire souverain le plus ancien, encore plus vieux que les Jésuites.

Donc maintenant que nous avons vu le lien entre la CIA et le Vatican, regardons le lien entre la CIA et l’Union Européenne, d’après Wikipédia

Jean-Baptiste Nicolas Robert Schuman, né le 29 juin 1886 à Luxembourg et mort le 4 septembre 1963 à Scy-Chazelles (Moselle), fut un homme d’État français.

Plusieurs fois ministre, y compris des Affaires étrangères, puis président du Conseil des ministres à deux reprises, Schuman exerça par ailleurs les fonctions de président du Parlement européen.

Il est considéré comme l’un des pères fondateurs de la construction européenne. (…)

Plus loin dans l’article il y a une controverse,

Le 19 septembre 2000, le journal Daily Telegraph de Londres, par la voix d’Ambrose Evans-Pritchard, annonce que les archives dé-classifiées de l’administration Américaine pour les années 50 et 60 montrent que Paul-Henri Spaak, Robert Schuman et d’autres personnalités importantes dans les origines de la construction européenne étaient « employés » par les services Américains. Le journaliste explique que la communauté des services secrets a camouflé son action et a fait transiter des fonds par le biais des fondations Rockefeller et Ford, ce qui a été confirmé par la revue Historia en 2003.

Extrait : « The leaders of the European Movement – Retinger, the visionary Robert Schuman and the former Belgian Prime minister Paul-Henri Spaak – were all treated as hired hands by their American sponsors. The US role was handled as a covert operation. ACUE’s funding came from the Ford and Rockefeller foundations as well as business groups with close ties to the US government ».

Voila l’article du Telegraph qui révèle que Schuman, parmi d’autre, était acheté par les services secrets Américains que je traduirais plus tard si cela est nécessaire.

Maintenant, que nous savons que la CIA et la Vatican étaient des alliés durant la guerre froide, et de bons alliés ! Et que nous savons que nos pères fondateurs Européens étaient des Agents Américains. Quelle preuve avons-nous que l’UE est l’invention de l’Eglise Catholique ? Cette photo le prouve,

Le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne est l’un des deux traités fondamentaux des institutions politiques de l’Union européenne avec le Traité sur l’Union européenne. Il portait le nom de traité instituant la communauté européenne ou traité CE avant l’entrée en vigueur le 1er décembre 2009 du traité de Lisbonne. On l’appelle également couramment le traité de Rome.Wikipedia

Tout cela colle et si vous avez d’autres informations qui prouvent ou réfutent toutes ces connexions, merci de nous en faire part ! Pour ma part je suis convaincu que nous sommes sous le contrôle de l’Eglise Catholique. Pourquoi à votre avis nous avons Van Rompuy comme président du conseil Européen, un mec sortie de nulle part. Oh ! Mais c’était un ancien élève des Jésuites ! [Cherchez vous-même la preuve]

Puis Mario Monti ? Ancien conseiller de Goldman Sachs, membre Bilderberg, de la Trilatérale… et Ancien élève des Jésuites ! Mais comme de par hasard ! Pareil pour Mario Draghi, qui est un ancien élève des Jésuites et est désormais président de la Banque centrale européenne.

Alors qui contrôle réellement l’Europe ? Huh ?

 78 

  2 Share0 
 
  4  444 Share0

 

Publié le décembre 18, 2011 dans BankstersChristianismeEtats-UnisEurope & UEHistoire,Les JésuitesVatican.

Hollande sur l’Ukraine : « Si nous parvenons pas à trouver un accord de paix , on fait la guerre »

Hollande en bon vassal des états unis veut faire la guerre en Ukraine , au risque de déclencher une guerre mondiale.
Complètement fou !
vidéo à faire tourner d’urgence .
Les négociations qui ont réuni vendredi au Kremlin Angela Merkel, François Hollande et Vladimir Poutine constituent « une des dernières chances » d’éviter la guerre en Ukraine, estime le chef de l’État français.

« Je pense que c’est une des dernières chances », a affirmé samedi le président de la République cité par l’AFP.

« SI NOUS NE PARVENONS PAS À TROUVER, NON PAS UN COMPROMIS MAIS UN ACCORD DURABLE DE PAIX, EH BIEN NOUS CONNAISSONS PARFAITEMENT LE SCÉNARIO : IL A UN NOM, IL S’APPELLE LA GUERRE », A DÉCLARÉ FRANÇOIS HOLLANDE AUX JOURNALISTES LORS D’UNE VISITE À TULLE.

Après les rencontres de Kiev et Moscou, les discussions entre Angela Merkel et François Hollande avec Petro Poroshenko d’abord, puis Vladimir Poutine, nous attendons tous des éclaircissements ce soir. Une solution durable à cette crise peut-elle être trouvée ? Peu Vraissemblable!

Mon optimisme naturel me pousse à penser que oui. Cependant les déclarations de ces dernières vingt quatre heures ne sont pas très encourageantes.

Hier, dans une interview à un quotidien italien, Federica Mogherini déclarait : « Sans le soutien politique, financier et militaire du Kremlin, les séparatistes n’auraient jamais pu faire ce qu’ils font. Ainsi, Poutine dispose d’instruments permettant de résoudre ce problème. »

Peut-être, mais on pourrait aussi dire : « Sans le soutien politique, financier et militaire de l’Union Européenne, le gouvernement de Kiev n’aurait jamais pu faire ce qu’il fait. Ainsi, l’Union Européenne dispose d’instruments permettant de résoudre ce problème. »

Ou encore : « Sans le soutien politique, financier et militaire des Etats-Unis, le gouvernement de Kiev n’aurait jamais pu faire ce qu’il fait. Ainsi, les Etats-Unis disposent d’instruments permettant de résoudre ce problème. »

Première remarque : que le « Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité » rejette ainsi, à priori, la responsabilité de la résolution de la crise sur la Russie ne me semble pas de bonne augure quand au moins trois parties devraient œuvrer de concert.

Ensuite, va-t-on ou non livrer des armes à l’Ukraine. Pour le moment, l’Union Européenne dit non, pas question. Deux jours avant, le Wall Street Journal expliquait que les Etats-Unis étudiaient la possibilité de le faire pour des armes, soi disant « défensives » (incroyable subtilité). La visite de John Kerry était aussitôt interprétée comme une préparation à ces livraisons. L’Union Européenne est contre et les Etats-Unis sont pour. Alors, livrera, livrera pas ? Mais à Munich, on apprenait par la bouche du même John Kerry que « Permettez-moi de rassurer tout le monde : il n’y aucune divergence entre les Etats-Unis et l’Europe. Nous sommes solidaires en ce qui concerne l’absence de solution militaire en Ukraine, et nous sommes unis dans nos efforts diplomatiques ».

Deuxième remarque : à qui faire confiance ? Par le passé, lorsqu’un dirigeant américain expliquait « nous sommes solidaires », cela voulait dire, le plus souvent, « le point de vue américain a fait l’unanimité »… Donc on négocie en préparant les livraisons d’armes que l’on ne livrera pas si Vladimir Poutine se range à notre point de vue. C’est la nouvelle méthode de négociation née de l’illusion d’un monde unipolaire et du providentialisme américain. Une méthode qui tient plus de l’ultimatum que de la diplomatie. Qui peut croire que Vladimir Poutine va radicalement changer de position aujourd’hui après la visite du « duo de charme » de l’Union Européenne ?

Dernier point qui n’est guère rassurant non plus, selon François Hollande, il s’agissait de la « négociation de la dernière chance ». Animé d’un tel optimisme, comment être convainquant ? Les affaires internationales sont d’un ordre légèrement différent de la recherche de compromis au sein du parti socialiste français. Hélas !

En attendant, on se bat toujours en Ukraine de l’est et les pertes sont certainement supérieures à ce que l’on nous raconte. Selon l’édition du week-end du Frankfurter Allgemeine, « Les services spéciaux allemands évaluent à 50.000 le nombre des victimes parmi les militaires et civils ukrainiens. Ce chiffre est dix foix supérieur aux informations officielles, qui ne sont pas crédibles ».