Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : HITLER en Argentine, c'est une confirmation de la CIA et des USA. Les frères Américains Francs-Maçons, l'ont sauvé du pétrin et le Nouvel Ordre Mondial de l'époque qui devait durer 1000 ans a succédé à l'actuel, dont les ROTHSCHILD ont verrouillés toutes les Banques Centrales, afin de déterminer le Plan de l'Humanité, dit Plan Albert PIKE. Le bon Peuple y croit, et il est toujours friand de la monnaie papier ou monnaie de singe, qu'on appâte pour des travaux forcés et pour se payer sa pitance. Cette monnaie va être transformée en monnaies électronique avec une puce dans le cerveau des détenteurs.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : HITLER en Argentine, c'est une confirmation de la CIA et des USA. Les frères Américains Francs-Maçons, l'ont sauvé du pétrin et le Nouvel Ordre Mondial de l'époque qui devait durer 1000 ans a succédé à l'actuel, dont les ROTHSCHILD ont verrouillés toutes les Banques Centrales, afin de déterminer le Plan de l'Humanité, dit Plan Albert PIKE. Ce Plan selon Jacques Attali c'est le gouvernement Mondial autour de Jérusalem. Hitler, franc-maçon, y travaillait déjà et est le premier qui a voulu et créé, l'ETAT D'ISRAËL, dès 1933. Pour son œuvre, il s'était entouré des meilleurs cerveaux Juifs, en étant Juif, lui-même.

A ce Plan, Le bon Peuple y croit et espère y trouver de quoi s'amuser, de quoi travailler et de quoi manger. Il est toujours friand de la monnaie papier ou monnaie de singe, qu'on appâte pour des travaux forcés et pour se payer sa pitance, question moralité, il n'est pas sauvage avec ceux qui lui veulent du bien. Cette monnaie va être transformée en monnaies électronique avec une puce dans le cerveau des détenteurs, de quoi les suivre et vérifier ce qu'ils font, et même les détruire à distance si la Justice le Juge utile.

Des documents déclassifiés de la CIA révèlent que Hitler était vivant et en bonne santé en Argentine dans les années 1950

 

Des documents déclassifiés de la CIA montrent qu’en 1955, un informateur s’est vanté d’avoir rencontré Adolf Hitler en Colombie et a fourni des photos de lui-même avec le Führer – plus de 10 ans après le suicide du Führer.

Les documents déclassifiés montrent qu’en 1955, le chef de la Division de l’hémisphère occidental (WHD) de la CIA a reçu un mémo secret, soutenant une thèse qui a certainement dû le faire tomber de sa chaise et le faire s’étrangler de surprise – « Opérationnel : Adolf Hitler. « 

Comme le suggère ce titre époustouflant, le chef de la station action du Venezuela affirmait avoir eu l’occasion de recevoir de la part d’un de ses contacts, une décennie après sa mort apparente par suicide dans le Fuhrerbunker, une information selon laquelle Hitler était en fait bien vivant et se trouvait en Argentine.

Hitler ou pas Hitler ?

En bref, l’un des informateurs du chef de la station action, CIMELODY, a été contacté par un ami de confiance, l’ancien soldat SS Phillip Citroën, qui prétendait avoir été en contact avec Hitler – caché sous le pseudonyme Adolph Schuttlemayer – environ une fois par mois en Colombie, où il était en voyage en provenance de Maracaibo en tant qu’employé de la Royal Dutch Shipping Company.

Citroën a indiqué à CIMELODY qu’il avait même pris une photo avec le Fuhrer déchu, et un cliché flou est bien inclus dans le mémo.

Le chancelier allemand Adolf Hitler lors de son allocution devant 80 000 travailleurs dans le Lustgarten, à Berlin, le 1er mai 1936, dans le cadre des célébrations du 1er mai.

Il a également déclaré que Hitler avait quitté la Colombie pour l’Argentine vers janvier 1955 et a ajouté que, comme dix ans s’étaient écoulés depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les Alliés ne pouvaient plus poursuivre Hitler comme criminel de guerre, suggérant à tort que le délai de prescription des crimes de guerre était aussi court.

Le message concluait que ni CIMELODY ni la station de la CIA n’était en mesure de donner une analyse intelligente de l’information contenue dans le mémo, mais elle était transmise avec la mention «intérêt possible».

Le chef de la WHD, qui devait être estomaqué, a suivi le mémo en examinant les dossiers de l’agence, et a trouvé qu’il y avait eu effectivement, un an plus tôt, un rapport qui ne faisait pas seulement la même affirmation au sujet d’Hitler, mais qui suggérait qu’il y avait toute une colonie de nazis en Amérique du Sud – encore réalisé par Citroën.

« Phillip Citroën a déclaré à un ancien membre de cette base que, pendant qu’il travaillait pour une compagnie ferroviaire en Colombie, il avait rencontré un individu qui ressemblait fortement à Adolf Hitler et prétendait l’être. Citroën a affirmé avoir rencontré l’individu à un endroit appelé ‘Residencias Coloniales ‘à Tunja, en Colombie, qui est, selon la source, peuplée de beaucoup d’anciens nazis, suivant ce prétendu Adolf Hitler avec l’ancienne idolâtrie nazie, s’adressant à lui par der Fuhrer ‘et lui adressant le salut nazi et l’adulation militaire ! » dit le mémo.

Plus de problèmes que cela n’en vaut

Quelques jours plus tard, le chef de la station a écrit au chef de la WHD à nouveau, lui demandant s’il souhaitait faire d’autres enquêtes sur Hitler potentiellement vivant ou non.

« Si le quartier général le souhaite, la station de Bogota peut faire une enquête concernant ‘Adolph Schuttlemayer’ à Tonga, en Colombie, » a déclaré le mémoire.

Une semaine plus tard, le chef de la WHD a répondu d’une manière ambiguë.

Adolf Hitler, à gauche, le chancelier nazi d'Allemagne, et Konstantin von Neurath, ministre allemand des Affaires étrangères, (au centre) à leur retour à Munich en Allemagne, après leur rencontre avec le Premier ministre d'Italie Benito Mussolini, le 25 juin 1934.

Adolf Hitler, à gauche, le chancelier nazi d’Allemagne, et Konstantin von Neurath, ministre allemand des Affaires étrangères, (au centre) à leur retour à Munich en Allemagne, après leur rencontre avec le Premier ministre d’Italie Benito Mussolini, le 25 juin 1934.

Bien qu’il n’ait pas eu d’objection à entreprendre d’autres enquêtes sur la question, il a estimé que « d’énormes efforts pourraient être déployés sur cette question » sans qu’il soit possible d’établir quoi que ce soit de concret.

En conséquence, il suggéra que la question soit abandonnée.

Source : https://sputniknews.com/latam/201709081057225023-hitler-cia-documents-alive-argentina/

Argentine

Informations déclassifiées de la CIA: Hitler en vie en Argentine dans les années 1950

CC BY-SA 2.0 / Reinaldo Tan Becerra

International

URL courte
70161262362

Adolf Hitler était encore en vie et habitait en Argentine une décennie après avoir prétendument mis fin à ses jours, nous apprennent des documents déclassifiés de la CIA.

la Seconde guerre mondiale

Des informations déclassifiées de la CIA révèlent qu'en 1955, soit dix après la date de la mort d'Adolf Hitler, un informateur a rencontré le führer en Colombie et a fourni des photos prises avec lui. Selon ces mêmes informations, le chef de la division de l'hémisphère ouest de la CIA (Western Hemisphere Division, WHD) a reçu cette année-là un rapport secret confirmant qu'Hitler était toujours vivant et habitait en Argentine.

Plus précisément, l'un des informateurs de ce département, CIMELODY, avait été contacté par un ami fiable, l'ancien soldat SS Phillip Citroën, qui lui avait affirmé être en contact avec Hitler. Ce dernier vivait alors sous le pseudonyme d'Adolph Schuttlemayer. Citroën avait raconté à CIMELODY qu'ils se rencontraient tous les mois en Colombie, quand l'ancien SS y séjournait.

En outre, l'ex-soldat lui avait donné une photo prise avec le führer et un cliché flou figure effectivement dans le dossier.

Taro Aso

Selon CIMELODY, Hitler avait quitté la Colombie pour l'Argentine vers janvier 1955. Dix ans s'étant déjà écoulés depuis la fin de la guerre, les alliés ne pouvaient plus le poursuivre en tant que criminel de guerre.

Il est également précisé que ni CIMELODY, ni le bureau de la CIA n'avaient été en mesure de donner une évaluation fiable des informations fournies et qu'elles avaient été transmises comme un message «susceptible d'éveiller l'intérêt».

«A l'époque où il travaillait pour une compagnie ferroviaire de Colombie, Phillip Citroën a dit à un ancien membre du bureau avoir rencontré un individu qui ressemblait fortement à Adolf Hitler et prétendait l'être. Citroën a dit l'avoir rencontré à la Residencias Coloniales à Tunja, en Colombie. Selon la source, c'était une ville surpeuplée d'anciens nazis idolâtrant ce soi-disant Adolf Hitler et s'adressant à lui par "der Fuhrer", le saluant dans le style nazi», est-il précisé dans le rapport.

Le lendemain, le chef du bureau s'était adressé à la WHD pour savoir si elle souhaitait approfondir ce renseignement. Une semaine plus tard, la WHD avait répondu d'une manière ambivalente puis avait archivé l'affaire.

Hitler est mort en 1984 au Brésil !

Selon un ancien agent de la CIA, Hitler a simulé sa mort pour partir en Argentine en sous-marin à la fin de le Seconde Guerre Mondiale !

Filibert : Nous avions déjà eu vent de la mort d'Hitler au Brésil à un âge assez avancé, et les document trouvé dans les archives du FBI montrent que l'on savait où il était, ce qui en étonne certains ! Mais si l'on sait que Hitler était un agent de la Cabale militaro-industrielle et financé par les États-Unis (Par Prescot Bush), avec 5 ans de guerres qui a enrichit énormément ce groupe, on comprend que l'on ne va pas arrêter ce serviteur ! De plus, avec le "Programme Spatial Secret" (chercher à ce nom sur internet) développé aux USA avec les anciens Nazis (Voir à "Opération Paperclip") qui se sont infiltrés dans l'appareil d'état Américain, il ne devait pas être question d'arrêter leur héros ! Ce qui est curieux, c'est que Hitler n'ai pas songé, comme d'autres nazis, à utiliser ses soucoupes volantes pour aller dans leur base en Antarctique (Voir à "Amiral Byrd" qui attaqua et perdit la bataille contre les Nazis en 1947), ou partir comme le Groupe Vril de Maria Orsic (Médium qui a reçu les plans des soucoupes volantes en 1919 et développées à partir de 1923, voir les photos à "Soucoupes volantes Nazies"), sur une autre planète amie à 88 années lumière de la Terre !

Les recherches de Bob Baer, qui a passé sa vie dans l'espionnage et le contre-espionnage, ont débuté avec une analyse de 700 pages d'informations déclassifiées. 

Il est ainsi tombé sur un document affirmant que l'armée américaine avait été incapable de localiser le corps du "Führer" et qu'ils n'avaient aucune preuve qu'Adolf Hitler était bien mort.
Après avoir consulté des documents du FBI récemment déclassifiés, Bob Baer (un ancien agent de la CIA) et une équipe d'experts remettent en question le suicide d'Adolf Hitler.
Bob Baer, a affirmé détenir les preuves qu'Adolf Hitler et sa partenaire Eva Braun ont simulé leur mort dans leur bunker à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. 
Le couple s'est ensuite déplacé vers Tenerife en sous-marin avant de rejoindre définitivement l'Argentine. 
Cette information a été dévoilée par le "Mirror".
"Le récit que le gouvernement nous donne est un mensonge. 

Cette enquête démontre que la mort d'Hitler à Berlin tel que l'histoire l'a retenu est un mythe total. 
Malgré cela, absolument aucun média de masse français n'a daigné en faire un article. 
Peut-être parce que les gens se rendraient ainsi compte que si on leur a menti depuis depuis plus de 60 ans sur ce sujet, il doit y avoir bien d'autres sujets qui ont du subir le même traitement. 
Car les américains savaient pertinemment ou se trouvait Hitler, les documents déclassifiés du FBI l'attestent.
Malgré cela, rien ne fut tenter pour entreprendre son arrestation et il a pu poursuivre sa vie plusieurs années en Amérique du Sud avec de nombreux autres nazi.
Pour les anglophones intéressés par une enquête inédite, je le conseille vivement les 8 épisodes diffusés sur la chaîne History.
D'après le documentaire "Hunting Hitler" sur History Channel, aucun témoin oculaire n'a assisté au suicide d'Adolf Hitler dans son bunker.
L'enquête commence par la découverte d'un bunker en Argentine et emmènera les enquêteurs dans divers autres endroits comme l'Espagne, les Iles Canaries et la Colombie. 
Elle est menée par un ancien agent de la CIA, un soldat des forces spéciales spécialisé dans la traque des "cibles de grande valeur", un journaliste d'investigation et un chasseur de nazi. 
Le second épisode enquête sur des structures en pleine jungle ou des artefacts nazi ont été découvert. 
Puis l'équipe découvre des tunnels sous-terrains reliant le bunker d'Hitler et l'aéroport de Tempelhof.
Pour rappel, le supposé crane d'Hitler retrouvé à Berlin était en fait celui d'une femme âgée entre 20 et 40 ans. Fawkes

Un documentaire réalisé par l'ancien agent de la CIA , Robert Baer, enquête sur la survie d'Adolf Hitler après la seconde guerre mondiale dont on aurait retrouvé la trace notamment au Brésil et en Argentine. 

Ce documentaire intitulé «Hitler's escape – truth or legend», composé de huit épisodes sera diffusé sur la chaîne de télévision History à la mi-décembre.
Il s'appuie, entre autres, sur des centaines de documents secrets communiqués par le FBI en 2014. 
D'après ces documents, même des années après la fin de la guerre, les enquêteurs du FBI auraient réussi à rassembler des informations sur les endroits où se serait trouvé Hitler, notamment au Brésil et en Argentine.
Selon des témoignages sensationnels contenus dans les fichiers du FBI récemment déclassifiés, Adolf Hitler s'est échappé en sous-marin vers l'Argentine où il aurait vécu dans un ranch fortement gardé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. 
Il aurait souffert d'asthme et d'ulcères, toujours selon les témoignages contenus dans des documents du FBI.

Selon ce document, le FBI de Hoover aurait eu des témoignages déconcertants d'un fugitif argentin ayant affirmé qu'il a aidé Hitler, ainsi que deux femmes et d'autres Allemands a débarqué d'un sous-marin en Argentine environ deux semaines et demie après la chute de Berlin en avril 1945.

L'informateur argentin, qui a donné l'information aux autorités étatsuniennes espérait obtenir l'asile en retour et que son nom ne soit pas nommé dans les journaux.
Il donne une description d'Hitler à un journaliste du Los Angeles Examiner le 29 juillet 1945, disant que le nazi "souffre d'asthme et d'ulcères, a rasé sa moustache...".
L'informateur a même donné des informations précises sur les allées et venues d'Hitler, et déclare : "Si vous allez à un hôtel à San Antonio, en Argentine, je vais prendre des dispositions pour que vous puissiez rencontrer un homme qui vous permettra de localiser le ranch où Hitler est caché".
"Il est fortement gardé bien sûr, et vous risquez votre vie si vous y allez."
L'information a été transmise au chef du FBI, J Edgar Hoover, qui l'a transmise au ministère de la Défense.
Hitler et ses compagnons se seraient ensuite rendus par groupe sur les contreforts des Andes du Sud, et se sont ensuite déplacés dans des familles allemandes dans les villages de la région.Mais dans un fichier daté du 21 septembre 1945, et intitulé la "cachette d'Hitler", il est conclu : "en raison de l'absence d'information suffisante ... il est impossible de continuer les efforts pour localiser Hitler avec le peu d'informations à ce jour."
Vidéos en anglais : http://www.dailymotion.com/video/x3grjqh_hunting-hitler-season-1-episode-1-s01e01-the-hunt-begins_school
http://www.dailymotion.com/video/x3grk8u_hunting-hitler-season-1-episode-2-s01e02-secret-nazi-lair_school

Sources : http://fawkes-news.blogspot.fr/

Hitler est mort en 1984 au Brésil !

C'est du moins ce que prétend l'auteur Simoni Renee Guerreiro Dias, comme l'explique le Daily Mail.

Adolf Hitler serait mort le 30 avril 1945 à l'âge de 56 ans à Berlin en mettant fin à ses jours après avoir pris conscience qu'il avait perdu la guerre. 
Voilà pour la version officielle qui figure dans tous les livres d'histoire.
Ce n'est pourtant pas la thèse privilégiée par Simoni Renee Guerreiro Dias, une doctorante brésilienne qui affirme dans l'ouvrage "Hitler au Brésil-Sa vie et sa mort" que le führer a fui l'Allemagne pour l'Amérique du Sud où il est décédé à l'âge de 95 ans.
Elle prétend qu'avec l'aide d'alliés au sein du Vatican, Adolf Hitler se serait enfui en Argentine avant de rejoindre le Paraguay puis l'état de Mato Grosso au Brésil, où il s'est définitivement établi dans le village de Nossa Senhora do Livramento jusqu'à la fin de sa vie en 1984.
Une petite amie noire
Pour preuve, elle publie une photo de médiocre qualité représentant prétendument le dictateur dans ses vieux jours aux côtés de Cutinga, sa petite amie noire, choisie bien évidemment pour sa couleur de peau afin que personne ne puisse se douter de sa véritable identité.
Selon elle, Adolf Hitler avait pris le nom d'Adolf Leipzig (ville de naissance de Bach, son compositeur préféré, comme par hasard) et était surnommé sur place "le vieil Allemand".
Simoni Renee Guerreiro Dias a également localisé la tombe d'Adolf Leipzig dans le cimetière de Nossa Senhora do Livramento et prévoit d'effectuer un test ADN grâce à l'aide d'un descendant d'Adolf Hitler, après avoir reçu la permission d'exhumer le corps de celui dont elle est persuadée qu'il s'agit du dictateur allemand.
Merci Photoshop
Pour étayer encore ses dires, elle affirme ne plus avoir eu aucun doute après avoir apposé une moustache à l'aide de Photoshop à l'homme figurant sur la photographie et en la comparant à des photos du leader nazi.
Enfin, elle prétend qu'une religieuse polonaise affirme avoir reconnu Hitler dans un hôpital de Cuiaba au début des années '80 et s'être vue forcée au silence par sa supérieure qui affirmait que sa présence relevait d'ordres du Vatican.
Pour le professeur d'histoire de l'Université fédérale de Mato Grosso, Candido Moreira Rodrigues, ce genre de thèses revendiquées par de "prétendus historiens" qui affirment qu'Hitler serait mort en Amérique du Sud ne sont pas neuves. 
Il est d 'ailleurs avéré que des centaines de nazis ont fui vers ce continent à la fin de la guerre, comme le médecin Josef Mengele, actif à Auschwitz et décédé en 1979 au Brésil. 
Des thèses conspirationnistes qui s'appuient aussi sur le fait qu'aucune preuve physique n'a jamais pu confirmer le suicide du führer dans un bunker de Berlin en 1945...
Viktoria Thirionet
http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-hitler-est-mort-en-1984-au-bresil-122353764.html

1 commentaire:
  1.  

    HITLER ET BIEN D4AUTRES SE SONT ENFUIS PAR LES SOUSTERRAINS DE BERLIN.

    Toute l'opération a vraisemblablement été piloté par SKORZENY, l'homme dont PERSONNE ne veut parler afin de ne pas éveiller de soupçon.Renseignez vous sur SKORZENY et lisez la mine d'or d'information dans le bouquin SKORZENY chef des commandos de Hitler, écrit par un historien US ancien pilote de guerre.

Adolf Hitler – Agent du Sionisme et de la Franc-Maçonnerie

Un chercheur Allemand dénonce Hitler en tant que Traitre et Cabaliste.

« La campagne de diffamation était exclusivement contre les Juifs, mais il avait dissimulé les noms des Sionistes qui, avec une brutalité extrême et du mépris à l’égard de la communauté Juive, avaient planifiés la Révolution Mondiale et la fondation de l’État d’Israël. C’est une évidence flagrante qu’il travaillait avec les Sionistes et qu’il était un menteur, un hypocrite et un traitre public de première classe. »

Par Dieter Ruggeberg

(Ceci est le premier chapitre du livre « Secret Politics-3 »)

Le 30 Janvier 1933, Adolf Hitler devint Chancelier de l’Empire Allemand. Quand il prit le pouvoir, il fut entouré par quatre conseillers suprêmes et leurs sponsors financiers.

En plus de son appartenance à la société Maçonnique de Thulé, Adolf Hitler ou Adolf Schicklgruber, son vrai nom, était aussi membre d'une loge "F.O.G.C." (ordre franc-maçonnique de la centurie d'or), connue, en fait, comme la 99ème loge. En ce qui concerne les 99èmes loges, il y en a 99 disséminées dans le monde et chacune est composée de 99 membres. Chaque loge est sous la domination d'un démon et chaque membre a un propre "démon" bien à lui.

Les rumeurs les plus persistantes s'appuient sur l'impossibilité de définir avec certitude l'identité du grand-père paternel de Hitler, son père Aloïs étant né de père inconnu. Ainsi, un dossier secret constitué par Kurt von Schuschnigg, chancelier fédéral d'Autriche dans les années 1930, indiquerait que la grand-mère de Hitler aurait été servante chez les Rothschild, célèbre famille juive de Vienne, et que son fils Aloïs serait donc issu d'une relation adultère avec l'un de ses membres. Cependant, ces informations rapportées par Hans Juergen Koehler sont considérées comme fictives par plusieurs historiens qui voient derrière ce nom un pseudonyme d'Heinrich Pfeiffer (de).

Le témoignage d'Hans Frank, gouverneur général de la Pologne sous Hitler, alors qu'il attendait d'être exécuté par pendaison dans sa cellule de Nuremberg, est régulièrement repris par les historiens. En 1930, Hitler serait venu voir Frank en lui présentant une lettre de son neveu, William Patrick Hitler, fils de son demi-frère Aloïs, issu du deuxième mariage du père de Hitler. Celui-ci le menaçait de révéler que du sang juif coulait dans ses veines. Après enquête, Frank aurait découvert que Maria Anna Schicklgruber aurait eu son enfant alors qu'elle était cuisinière chez une famille juive de Graz, les Frankenberger, qui lui versèrent une pension jusqu'aux quatorze ans d'Aloïs, où elle se maria avec Johann Georg Hiedler. Ce récit sera remis en cause par la suite, notamment pour la raison qu'il n'existe aucune preuve qu'une famille juive nommée « Frankenberger » ait vécu à Graz dans les années 1830, ni que la grand-mère de Hitler ait été employée à Graz en 1836.


Le démon aide la personne à acquérir argent et puissance mais, en échange, l'âme de cette personne est tenue de servir ce démon après sa mort. De plus, chaque année, un membre se voit sacrifier au démon de la loge, en vertu de quoi un nouveau membre est admis. Les membres des 99èmes loges sont aussi des dirigeants très influents dans l'économie et la finance et sont plus présents aujourd'hui que jamais. Les loges F.O.G.C., c.-à-d. les 99èmes loges, sont, à ma connaissance, le pire des dangers ; à côté d'elles, le satanisme, auquel se réfère l' "église de Satan" d'Anton La Vey, dont on parle dans les médias, est bien inoffensif !

Derrière lui se trouvait Henry Ford; A coté de lui Hjalmar Schacht et le Rabbin Leo Baeck, et devant lui, Franz von Papen. Une image intéressante apparait quand vous regardez ces quatre conseillers de plus près.

1. Henry Ford (30 Juillet 1863 – 7 Avril, 1947) était un franc-maçon du rite Écossais, 33è degré. En 1919 Ford publia un livre appelé « Le Juif International ». En Allemagne, « Der International Jude » a été rapidement imprimé plusieurs fois. Dans les livres d’histoire officielle, Henry Ford est toujours présenté comme un antisémite. Il était actuellement le contraire, à savoir un agent Sioniste dont le but était de propager l’antisémitisme en Allemagne et au centre de l’Europe. En exilant les Juifs, il a aidé à créer l’état d’Israël.

Edwin Black écrit dans « Nazi Nexus » (page 4) « …, Ford montra une amitié au peuple Juif – à la fois pour les ouvriers immigrants Juifs de l’Europe de l’Est qu’il traitait de manière égale et ses amis Juifs comme son voisin de palier, le Rabbin Leo M. franklin, qui reçut une automobile customisée comme cadeau chaque année. » 1.

D’après Wikipedia, le Rabbin Franklin était un membre de l’« Anti-Defamation League », qui à son tour était à peine une organisation souterraine de la Loge du B’nai B’rith et des Hauts Degrés Franc-Maçonniques.

D’après « www.reformation.org »: « Ce que la plupart des gens ne réalisent pas est que la Compagnie Ford Motor était une filiale de la Compagnie Standard Oil de la famille Rockefeller. » 2.} Dans le livre « Secrets de la Réserve Fédérale » par Eustace Mullins, j’ai appris que la famille Rockefeller était intimement liée à J.P. Morgan et les familles Rothschild, particulièrement à l’égard de l’établissement de la Réserve Fédérale en 1913.

2. Hjalmar Schacht (22 Janvier, 1877 – 3 Juin, 1970) était un Franc-Maçon du rite Écossais. Il était connecté au Rite Écossais Anglais Montague Norman, et par conséquent à la Banque d’Angleterre et à la City de Londres. Tel qu’Eustace Mullins l’écrit dans son livre, la Banque d’Angleterre est sous le contrôle de la famille Rothschild.

3. Le Rabbin Leo Baeck (23 Mai, 1873 – 2 Nov., 1956) était un Franc-Maçon du rite Écossais, 33è degré et promoteur des plans Sionistes. Gerd Schmalbrock écrit: « Dr. Leo Baeck était un Franc-Maçon 33è degré, chef de la Conférence Allemande des Rabbins et Großpraeses de l’arrondissement Allemand de l’ordre Juif B’nai B’rith. Dans le but d’exposer la sagesse profonde des Nationaux Socialistes, il était assigné par Hitler à être Président de la Délégation des Juifs Allemands. » 3.

4. Franz von Papen (29 Oct. 1879, 2 Mai 1969) était un Chevalier du Saint-Sépulcre, un des ordres les plus hauts du Vatican. Il était assigné à diriger la promotion d’Hitler d’une telle manière que durant la distribution des pouvoirs aucun désavantage ne pouvait être causé pour le Vatican.

Hitler lui-même n’était pas seulement un membre de l’Ordre de Thulé mais aussi un membre de l’Ordre Magique 99. Des détails des méthodes de travaux de cet ordre peuvent être trouvés dans le livre de Franz Bardon « Frabato le Magicien ». Après une analyse de fond de cette constellation nous pouvons dire qu’Hitler était un agent de Sion, du Vatican et de la Banque d’Angleterre (la City de Londres).

Les évidences les plus importantes sont:

1. En 1925 le livre « Mein Kampf » par Adolf Hitler a été publié. A travers la totalité de ses sept cent pages, les Juifs sont condamnés en masse. Il écrit comme si les citoyens Juifs ordinaires avaient inventés les Protocoles de Sion et la Révolution Mondiale. C’est idiot parce que ce n’est pas à propos du peuple Juif, plutôt en liaison avec des Juifs spécifiques. C’est spécifiquement en rapport à ceux dans les sociétés secrètes qui ont l’intention de modeler le monde, par exemple Karl Marx (Rite Écossais, 33è degré).

Où sont leurs noms? L’homme qui détestait les Juifs tant que ça de tous les temps n’a rien eu à dire sur Adolphe Crémieux, Theodor Herzl, Parvus-Helphant, Leo Trotzky, Kaganovich, les Warburg, les Rothschild, Trebitsch-Lincoln, Bernhard Baruch, Mandell House et Walter Rathenau, juste pour en citer quelques un. C’est absolument ridicule.

Ces noms devaient être connus de lui car Ford les avait déjà mentionnés dans son livre « Le Juif International » et étaient très bien connus de quiconque intéressé par la politique. Il cultive ouvertement de la haine contre la Franc-Maçonnerie qui est supposée servir les Juifs, cependant il rencontra secrètement des Franc-Maçons étrangers de Hauts Niveaux pour préparer la prise en main du pouvoir. Le nom de la Loge B’nai B’rith, dépendant du centre de la Franc-Maçonnerie, est totalement omis de son livre.

C’est de la suppression consciente de la vérité et à la fois la trahison du peuple Juif et Allemand! La campagne de diffamation était exclusivement contre les Juifs, mais il avait dissimulé les noms des Sionistes qui, avec une brutalité extrême et du mépris à l’égard de la communauté Juive, avaient planifiés la Révolution Mondiale et la fondation de l’État d’Israël. C’est une évidence flagrante qu’il travaillait avec les Sionistes et qu’il était un menteur, un hypocrite et un traitre public de première classe.

2. Le 25 Aout 1933, l’Accord Haavara entre Hitler et les Sionistes était conclut. Le 24 Mars 1933 les Sionistes déclarèrent la guerre contre l’Allemagne et cinq mois plus tard Hitler signa l’accord avec eux!

3. Le 10 Septembre 1933, un accord entre l’Église et l’État, le Reichskonkordat, était conclut entre Hitler et le Vatican.

4. Le 3 Mai 1940, l’armée Anglaise est battue à Dunkerque par l’armée Allemande. Sur les ordres d’Hitler, les 330,000 soldats restant sont permis de retourner en Angleterre, mais devaient promettre de revenir plus tard et de détruire totalement l’Allemagne. L’armée Anglaise accepta. Un cas extrêmement unique dans l’histoire de l’homme. S’il vous plait allez voir le chapitre « Dunkerque et Après » dans le livre du Capitaine A.H.M Ramsay « La Guerre Sans Nom ».

5. Le 18 Janvier 1941, Hitler reçoit une offre de coopération de l’organisation secrète Sioniste O.M.N (Organisation Militaire Nationale, Irgun Tzwa’i Le’umi)

Menachem Begin appartenait actuellement à ce groupe. Hitler accepta l’offre et le résultat visible était la fondation du camp de Theresienstadt au printemps 1941. H.G. Alder l’explique abondamment dans son livre « Theresienstadt 1941 – 1945 ».

6. Le 20 Janvier 1942, la conférence malfamée Wannsee eu lieu. Utilisant cette conférence en tant que base, la presse internationale et plein de livres d’histoire conclurent que « l’extermination complète des Juifs Européens » avaient eu lieu. Cependant une investigation du document révèle un fait assez différent. Il ne contient actuellement aucune référence quant au meurtre des Juifs mais une section indiquant le fait que les SS (Schutzstaffel) d’Hitler avaient un plan pour construire l’élite Juive. Un autre exemple de distorsion de la vérité par les Alliés contre l’Allemagne.

1945: Adolf Hitler s’échappe en Amérique du Sud. N’importe quel chercheur historique qui ne prend pas en considération les membres des sociétés secrètes du pouvoir de l’élite, c’est à dire les directeurs de banque, politiciens et têtes de grosses entreprises, n’est pas capable de découvrir plus de 50% de l’entière vérité.

Ou comme le Christ la dit: « Tout ce qui est caché maintenant finira par être mis en lumière, et tout ce qui demeure secret sera finalement connu et paraîtra au grand Jour. » (Luc 8:17). J’ai été particulièrement encouragé à étudier cette ligne de penser grâce au livre « Adolf Hitler – Fondateur d’Israël » de Hennecke Kardel.

Ceci est un chapitre du livre « Secret Politics-3 ».

Des informations à propos de l’édition de « Secret Politics-1- Compte à rebours pour la Domination Mondiale » peuvent être trouvées par le lien ci-dessous

www.geheimpolitik/politics.

Littérature:

H.G. Adler: « Theresienstadt 1941-1945 », Verlag J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), Tübingen 1955

Franz Bardon: « Frabato » (Wuppertal 1979) [English: Frabato the Magician]

1.} Edwin Black: « Nazi Nexus », Washington 2009, page 4

Karlheinz Deschner: « Mit Gott und dem Führer » (Köln 1988)

2} www.reformation.org/henry-ford-pdf.html

Adolf Hitler: « Mein Kampf », München 1927

H. Kardel: « Adolf Hitler – Begründer Israels » (Genf 1974) [English: Adolf Hitler – Founder of Israel]

Aron Monus: Les Secrets de L’Empire Nietzschéen (Hodmezovasarhely 1992)(deutsch: Verschwörung: Das Reich von Nietzsche)

Eustace Mullins: « Secrets of the Federal Reserve » (New York 1952) [Deutsch: Die Bankierverschwörung, 1987)

Captain A.H.M. Ramsay: « The Nameless War », 1952

D. Rüggeberg: « Geheimpolitik – Der Fahrplan zur Weltherrschaft » (Wuppertal 1990) [English: Countdown to World Domination]

D. Rüggeberg: « Geheimpolitik-2 – Logen-Politik » (Wuppertal 1994)

3.} Gerd Schmalbrock (IKC-Presse, Gladbeck, « Ihr Programm », Nr. 83 v. 19. Nov. 1979). »

Le 26 November 2010

Dieter Rüggeberg

Otto Skorzeny, des commandos d’Hitler aux opérations du Mossad

Otto Skorzeny dans les années soixante. Il a quitté son uniforme de colonel, chef de commandos, depuis 1945... Il est recruté par le Mossad en 1962. Photo ©MAXPPP

Histoire. Pourquoi le mythique baroudeur du IIIe Reich, qui enleva Mussolini au Gran Sasso, a-t-il travaillé pour Israël dans les années 1960 ?

Boulevard Malesherbes, à Paris. Un long soir de l’été 1962. Dans un petit immeuble XIXe siècle, qui sert alors d’ambassade au jeune État d’Israël, deux hommes présentent leur rapport à un troisième. Ce dernier, sourcils broussailleux, moustache épaisse — il s’appelle Yitzhak Shamir et sera un jour Premier ministre —, garde longtemps le silence. Avant de lancer à ses interlocuteurs : « Allez-y. » Ces mots suffisent : l’une des opérations les plus invraisemblables de l’après-guerre commence.

Objectif : les ingénieurs militaires allemands installés en Égypte. Et parmi eux, des spécialistes de ce que l’on appelait sous le IIIe Reich les “armes secrètes”, les missiles balistiques. Les V1 et V2, en 1944 et en 1945, avaient fait plus de destructions à Londres que le Blitz de 1940. Si l’Égypte de Nasser met au point des missiles de puissance équivalente, elle peut raser Tel-Aviv. Enrayer ce programme, et pour cela éliminer les ingénieurs allemands, constitue pour le gouvernement de l’État hébreu une priorité stratégique absolue.

Sur le même sujet

Skorzeny accepte d'aider les israéliens au cours d'une série d'opérations connue sous le nom de code Damoclès

Les services secrets israéliens ont tenté d’infiltrer le milieu allemand du Caire. Ils ne manquent pas d’agents nés et éduqués dans les pays germaniques et capables de se faire passer pour d’authentiques “Aryens”. Mais les experts en “armes spéciales” sont méfiants. Une partie de leurs collègues ont été capturés en 1945 par l’Armée rouge : on n’a jamais plus entendu parler d’eux, mais on se doute qu’ils ont dû collaborer aux programmes équivalents de l’Union soviétique, quelque part en Sibérie. D’autres, notamment le plus célèbre, Wernher von Braun, travaillent pour les Américains, tandis qu’Eugen Sänger et Wolfgang Pilz ont été recrutés par les Français pour leur propre programme balistique. Les experts qui ont pu gagner l’Égypte rêvent de préserver l’indépendance de la recherche militaire allemande et une éventuelle résurrection du Reich. Ils ont réduit au maximum leurs contacts avec le monde extérieur. Y compris avec les vétérans de la Wehrmacht. Ils ne font confiance qu’aux réseaux d’anciens SS, qu’aucun agent israélien n’a pu pénétrer.

Or, le temps presse. En 1960, Sänger a accepté de travailler pour Nasser. Cet ingénieur d’origine autrichienne, qu’une âpre rivalité a toujours opposé à von Braun, est tenu pour un génie en balistique et en aéronautique. En 1936, il a imaginé le Silbervogel (“Oiseau d’argent”) : un appareil qui combinerait les caractéristiques d’un avion et d’un missile et qui pourrait donc naviguer dans la stratosphère (Edgar P. Jacobs s’en est inspiré pour son Secret de l’Espadon, dans la série Blake et Mortimer). Brièvement employé par les Français après la guerre, Sänger a ensuite travaillé pour la recherche balistique ouest-allemande. Officiellement, sa mission en Égypte se borne à la mise sur pied d’une industrie aéronautique locale. Mais il est accompagné par Pilz, qui, lui, a travaillé avec les Français sur des projets de missiles jusqu’en 1958.

Sur le même sujet

Un agent absolument indétectable

Pour les Israéliens, Nasser peut se doter à brève échéance d’engins opérationnels. Le tandem Sänger-Pilz aide l’Égypte à mettre au point et à tester, en 1962, les missiles Al-Qahir (“Conquérant”) et Al- Safir (“Vainqueur”) : “susceptibles d’atteindre Beyrouth”, c’est-à-dire a fortiori tout Israël. Des engins qui peuvent être dotés d’explosifs puissants, voire de charges chimiques ou bactériologiques.

Ce qui vient de se décider boulevard Malesherbes, c’est le recrutement d’un joker : un agent hors classe, absolument indétectable. Et pour cause ! Il s’agit du plus célèbre des baroudeurs du IIIe Reich : le SS-Obersturmbann-führer (lieutenant- colonel SS) Otto Skorzeny. D’origine viennoise, membre du parti national-socialiste autrichien dès 1931, il a d’abord fait partie de la garde personnelle de Hitler, avant de multiplier les faits d’armes tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Le plus éclatant : la libération, le 12 septembre 1943, de Benito Mussolini, emprisonné au Gran Sasso, en haute montagne, depuis la chute du régime fasciste italien, quelques semaines plus tôt.

histoire%202.jpg
Celui que les services anglais désignent comme "l'homme le plus dangereux d'Europe" termine sa carrière dans les Ardennes. Photo ©Youtube

Mais Skorzeny a mené bien d’autres raids : en Hongrie, où il a enlevé le fils du régent Horthy afin de faire pression sur ce dernier, en Yougoslavie, où il a failli assassiner Tito, dans les Ardennes, où il infiltre les lignes américaines. Et, en juillet 1944, il a été l’un des premiers à écraser la tentative de putsch contre Hitler à Berlin.

Qui plus est, Skorzeny, qu’une cour martiale américaine a déclaré non coupable de crimes de guerre, en septembre 1947, proteste publiquement de sa fidélité aux idéaux hitlériens. Il semble être l’un des chefs les plus actifs de réseaux néonazis tels que Die Spinne (“L’araignée”), qui aide d’anciens SS à gagner l’Espagne ou l’Amérique du Sud, ou le réseau Paladin, qui enrôle et place des mercenaires. Il recrute même, au début des années 1950, des officiers allemands pour encadrer l’armée égyptienne… et les premiers groupes terroristes palestiniens.

En tout cas, en 1962, Skorzeny accepte d’aider le Mossad, au cours d’une série d’opérations connue sous le nom de code Damoclès : l’envoi de colis piégés à Pilz, en guise d’avertissement ; l’assassinat d’un assistant de Pilz, l’ingénieur Heinz Krug ; puis l’envoi d’autres colis piégés, qui tuent cinq ouvriers, à l’usine 333 où ont lieu les recherches balistiques. Des opérations parallèles auraient permis d’intimider les familles des experts allemands. Peu à peu, ces derniers quittent l’Égypte. En 1965, Nasser met fin au programme Sänger-Pilz : c’est aux Soviétiques qu’il demande assistance.

Skorzeny n’a pas demandé d’argent

Après la mort de Skorzeny, en 1975, les médias israéliens ont commencé à distiller au compte-gouttes diverses informations. Une version pour ainsi dire officielle vient d’être présentée par deux journalistes, l’Américain Dan Raviv, de CBS, et l’Israélien Yossi Melman, du Jerusalem Post, auteurs de Spies Against Armageddon (“Espions contre l’Apocalypse”), un livre consacré aux services secrets israéliens. Selon cette première version, peu crédible, Skorzeny, alors âgé de plus de 50 ans, aurait reçu une formation spéciale en Israël même. Et participé personnellement à plusieurs opérations en Égypte, notamment l’assassinat de Krug. Plus suspect encore : le récit capiteux qu’ils font de la première rencontre entre Skorzeny et son épouse, d’une part, et un couple d’agents israéliens…

histoire%201.jpg
Mussolini, le 12 septembre 1943, enlevé par avion au Gran Sasso. Photo ©Roger-Viollet

Si Skorzeny a accepté de travailler pour Israël, toutes les sources concordent sur un point : il n’a pas demandé d’argent. Raviv et Melman prétendent qu’il a demandé à être retiré de la liste des criminels de guerre nazis poursuivis par le célèbre Simon Wiesenthal. Mais ils ajoutent que ce dernier s’y est refusé. Une autre piste semble plus intéressante : Joe Raanan, l’agent qui a recommandé au Mossad de contacter Skorzeny, était un spécialiste de la guerre psychologique ; et il aurait parié sur un retournement de l’ancien SS… Cela recoupe un autre récit selon lequel Skorzeny serait devenu un admirateur d’Israël après la guerre du Sinaï, en 1956. Mais il se serait borné à présenter des agents israéliens comme d’authentiques anciens SS ayant servi sous ses ordres. Ce qui aurait permis à ces derniers d’infiltrer le milieu des ingénieurs du Caire.

Selon une troisième source, Skorzeny aurait travaillé, après 1945, pour le nouveau service d’espionnage ouest-allemand, dirigé par Reinhard Gehlen. C’est celui-ci qui aurait organisé son “blanchiment”, avant de lui confier des missions au coeur des réseaux néonazis. Après avoir soutenu l’Égypte de Nasser, dans les années 1950, Gehlen aurait compris qu’elle était passée dans le camp soviétique. Il aurait alors chargé Skorzeny d’aider Israël à se débarrasser d’ingénieurs allemands devenus encombrants.

Les funérailles de Skorzeny se sont déroulées en deux temps : office catholique à Madrid et crémation à Vienne, rituels latins et chants nazis. Son correspondant du Mossad, Joe Raanan, aurait assisté, incognito, aux deux cérémonies.

Hitler a fui en Argentine

sur cette version, on corrobore le suicide d'Hitler, bonne documentation mais pas de contrôle ADN, ce qui ne convainc pas.